Installation /

Science Animation / Médiation scientifique / Parcours des Sens / Salon SISQA 2014

conception et construction du tunnel : Science Animation et Décamètre ( Bernard Cléricy, Scénographie salons professionnels)

création sonore et système de sonorisation : C.Giffard

IMAG0920

 

1 – Contexte

La 11e édition du SISQA, du Jeudi 12 Décembre au Dimanche 15 Décembre 2013, Parc des Expositions de Toulouse.

Le “Parcours des Sens” est organisé sur l’espace d’exposition. L’une des installations prévues prend la forme d’un tunnel. Pour l’une des deux parties du tunnel, un environnement sonore dédié est commandé.

Il s’agit de mettre en place une configuration répondant à la thématique du parcours et au contexte du salon d’exposition. L’un des objectifs est de solliciter et légèrement perturber les sens du visiteur.

Un souci d’efficacité dans un environnement bruyant a été mentionné. Le système de diffusion s’adapte également à la structure du tunnel.

L’idée de s’inspirer de « sons organiques », tels les battements du cœur et autres activités internes du corps a été retenue. La notion d’écho a été énoncée.

Un travail sur la lumière à l’aide fils électro luminescents commandés en Midi  est également une composante de cette partie du tunnel.

 

2- La création sonore

De l’idée de « sons organiques » et de l’expérience déstabilisante de la chambre sourde.

Les fréquences de type bas medium et basse sont privilégiées, des impulsions évoluent à des rythmes différents, à cela s’ajoutent des sons continus apparaissant et disparaissant de manière cyclique.

Afin de renforcer l’impression d’isolation lors de la déambulation, des fréquences aigus de type « sons de terrain » filtrés sont diffusés à faible volume en différents points du tunnel.

La création est basée sur l’idée de cycles répétitifs comportant de petites évolutions tout en gardant à l’esprit la dimension du tunnel et la distance à parcourir.

 

 3 – Dispositif technique et Installation

L’isolation de certaines sections du tunnel est renforcée sans que cela soit visible de l’extérieur, le visiteur se détache progressivement de l’environnement du salon et perçoit différentes sources sonores sans pouvoir les localiser avec précision.

Dans la volonté de surprendre le visiteur donc de rendre – si ce n’est invisible du moins le plus discret possible – les sources sonores, ces dernières sont masquées dans les cloisons et s’adaptent à la structure du tunnel.

Les enceintes de basses fréquences sont positionnées près du sol, dissimulées par un coffrage faisant corps avec le tunnel, les médiums et aigus fixées sur les cotés et au plafond.

+ d’infos :

le blog de science animation

le site : science-animation.org

Photos et schéma du tunnel (DR)

plus de photos: flickr.com/photos/science-animation